27 novembre 2021

Rédigé par Administrator - - Aucun commentaire

Dans débrief infos ce week-end, les frontières extérieures de l’UE, la prison avec sursis, une histoire du plastique et un documentaire sur l’intrigante famille Modlin.

ON REVIENT AU DÉBUT

Les frontières extérieures de l’UE

Le gouvernement polonais a annoncé le 15 novembre la construction, à partir de décembre, d’un mur à la frontière de son pays avec la Biélorussie pour faire face à un afflux de migrants. Les frontières extérieures de l’UE ont été plusieurs fois renforcées au cours de l’élargissement à de nouveaux pays et face à une importante crise migratoire dans les années 2010.


LE CONCEPT

La Communauté économique européenne, fondée en 1957, réunissait à l’origine l’Allemagne de l’Ouest, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. « Au début de l’intégration européenne, les frontières extérieures n’étaient pas comprises comme des frontières communes et les frontières intérieures étaient encore fortement contrôlées et sécurisées », explique sur son site la Fondation Robert-Schuman, un cercle de réflexion franco-belge. Aujourd’hui, « les frontières extérieures de l’Union sont à la fois des frontières nationales et des frontières communes », poursuit l’organisation, précisant que l’UE dispose de plus de 67 500 km de côtes et 14 600 km de frontières terrestres. C’est sur « son flanc sud que la frontière de l’Union offre son angle le plus poreux, mais aussi le plus dangereux pour les migrants », pointe Daniel Meier, docteur en sociologie politique, dans un ouvrage de 2020. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, un organisme de l’ONU, près de 23 000 personnes sont décédées ou ont disparu depuis 2014 en tentant de gagner l’Europe via la Méditerranée.


LES DATES CLÉS

1995

Le 26 mars 1995, l’espace Schengen entre en vigueur dans sept États membres de l’UE (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Luxembourg, Pays-Bas et Portugal), 10 ans après la signature, par cinq de ces pays, de l’accord du même nom. « Pour donner un élan à l’intégration européenne dans les années 1980, le chancelier allemand Helmut Kohl et le président français François Mitterrand ont souhaité ajouter à l’intégration économique une dimension politique, pour créer une “Europe des citoyens” », explique la Fondation Robert-Schuman. Le franchissement des frontières intérieures de cet espace s’effectue librement, tandis que les contrôles aux frontières extérieures sont renforcés. Schengen est fondé « sur le principe de la confiance mutuelle : la liberté n’est possible que si les États participants sont sûrs que chacun d’eux est capable d’assurer un niveau de sécurité suffisant sur son territoire ainsi qu’une surveillance adéquate à son segment des frontières extérieures », explique le chercheur Pierre Berthelet dans un article publié en 2012 par la revue Diploweb. Actuellement, 26 États font partie de l’espace Schengen, dont quatre non-membres de l’UE (Islande, Liechtenstein, Norvège et Suisse).

1999

Début 1999, le gouvernement espagnol annonce la construction d’une nouvelle clôture grillagée de 8 kilomètres de long et de 3 mètres de haut autour de l’enclave espagnole de Ceuta, située à la frontière avec le Maroc. Cette barrière en remplace une autre, moins solide, que les migrants franchissaient régulièrement pour tenter de gagner l’Europe. Les incidents à cette frontière sont fréquents : en 2005, cinq migrants sont tués et une centaine sont blessés lorsque plusieurs centaines de personnes tentent de franchir la barrière. D’autres clôtures ou murs, construits dans les années 2010, existent aujourd’hui aux portes de l’UE, comme à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie ou à celle entre la Hongrie et la Serbie. En 2015, la Commission européenne, codétentrice du pouvoir exécutif de l’UE avec les États membres, a déclaré que l’UE avait refusé de financer le renforcement des clôtures de Ceuta et de l’autre enclave espagnole au Maroc, Melilla, affirmant que l’UE préférait encourager « les États membres à utiliser des mesures alternatives ».

2004

« L’année 2004 a marqué une étape importante dans l’évolution de l’UE », explique la politologue Catherine Wihtol de Wenden dans un article publié en 2015. D’abord, cette date correspond à l’adhésion de 10 nouveaux pays, dont huit issus de l’ex-bloc soviétique, le 1er mai 2004. « Tous les États rejoignant l’UE devaient s’engager à combattre l’immigration clandestine sur leurs frontières extérieures », explique la sociologue Gerda Heck dans un article de 2013. C’est également en 2004, en octobre, qu’a été créée l’Agence européenne pour la gestion de la coopération aux frontières extérieures des États membres de l’Union (Frontex), qui met en commun un dispositif policier européen pour contrôler les frontières extérieures de l’UE. Elle sera remplacée en 2016 par une nouvelle entité appelée Agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes, également surnommée Frontex, ayant des missions élargies et des effectifs renforcés. Des médias comme Le Monde ont publié des enquêtes révélant que Frontex commettait des actes de maltraitance envers les migrants et des pratiques illégales, par exemple le refoulement de migrants en pleine mer.

2016

Le 18 mars 2016, la Turquie et l’UE signent un accord sur l’immigration, qui prévoit le renvoi en Turquie des migrants irréguliers parvenus dans les îles grecques ainsi qu’un contrôle plus strict aux frontières turques, en contrepartie d’un soutien financier. L’Europe fait face depuis 2014 à une importante crise migratoire, alimentée par la guerre en Syrie. « Le but de cette politique est de maintenir les réfugiés et les mouvements migratoires en dehors de l’Union » et de « rendre plus difficiles encore leurs souhaits d’entrer dans l’Union », estime la sociologue Gerda Heck. Plusieurs accords ont également été conclus entre la Libye et l’Italie depuis le début des années 2000 pour repousser les migrants interceptés en mer Méditerranée vers la Libye. L’un de ces accords, conclu en 2017 et soutenu par l’UE, prévoit une aide financière à la Libye et la formation de ses gardes-côtes.


L’ANALYSE

Le nombre de murs construits aux frontières de pays a considérablement augmenté depuis 1989, affirme le rapport « A Walled World », publié en 2020 par trois centres de réflexion européens. Six personnes sur 10 vivent dans un pays ayant construit un mur à l’une de ses frontières, selon ce rapport, qui précise que les motifs les plus souvent invoqués par les États pour le faire sont la lutte contre l’immigration, le terrorisme et la contrebande. Le soutien de la société à la construction de murs frontaliers « repose sur une amplification intentionnelle des risques, avec des discours politiques et médiatiques qui promeuvent une culture généralisée de la peur de l’immigration et des immigrants », analysent les auteurs. « Les murs sont des réponses de court terme, des placebos. Ils ne résolvent pas les causes politiques qui poussent à la migration, au terrorisme ou à la contrebande, mais se contentent simplement de les repousser », juge Damien Simonneau, chercheur au Collège de France, dans une interview à InfoMigrants, un site d’information piloté par trois médias publics européens.


ON REMBOBINE LA SEMAINE

  • AGRICULTURE Le Parlement européen a adopté définitivement mardi la nouvelle politique agricole commune (PAC) de l’UE, qui doit s’appliquer à partir de début 2023. Son budget total de 387 milliards d’euros jusqu’en 2027 représente un peu plus de 30 % des dépenses de l’UE. Cette nouvelle PAC « respecte les législations et les engagements de l’UE en matière d’environnement et de climat », selon le Parlement européen. Des eurodéputés de gauche et écologistes ont jugé que ses objectifs n’étaient pas assez contraignants.

    Lire les explications de Franceinfo sur la nouvelle PAC.
  • PÉTROLE Le président des États-Unis, Joe Biden, a annoncé mardi que le pays allait puiser dans ses réserves stratégiques de pétrole, à hauteur de 50 millions de barils, pour lutter contre la hausse des prix des carburants à la pompe. La Maison-Blanche a précisé dans un communiqué que cette mesure était prise en concertation avec d’autres pays, dont la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et le Royaume-Uni.

  • OUTRE-MER La « finalisation de la mise en œuvre de l’obligation vaccinale » pour certaines professions est repoussée au 31 décembre en Martinique et en Guadeloupe, deux collectivités d’outre-mer qui connaissent une importante mobilisation contre les mesures sanitaires prises pour lutter contre le Covid-19, a annoncé le ministère de la Santé hier. Plusieurs policiers et gendarmes ont été blessés dans la nuit de jeudi à vendredi en Martinique. Le préfet de cette région a décrété jeudi soir un couvre-feu de 19h à 5h du matin « jusqu’au retour au calme ».

  • MIGRATION Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a demandé à Emmanuel Macron, dans une lettre publiée jeudi soir sur Twitter, de reprendre les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni. En réaction, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annulé hier l’invitation de son homologue britannique Priti Patel à la réunion sur le renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine prévue demain à Calais. Cette rencontre a été décidée après la mort, mercredi, de 27 migrants dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais.

    Lire notre article d’hier sur les tensions entre le Royaume-Uni et la France.
  • RAPPEL VACCINAL Face au regain de l’épidémie de Covid-19 en France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé jeudi l’extension de la campagne de rappel vaccinal aux personnes de 18 à 64 ans. À compter du 15 janvier, elles perdront leur pass sanitaire si elles n’ont pas effectué ce rappel dans les sept mois suivant leur premier schéma de vaccination complète ou leur dernière infection. Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé que les classes de primaire ne fermeraient plus systématiquement dès le premier cas de Covid-19. Entre le 18 et le 25 novembre, les classes fermées sont passées de 4 000 à 8 890.

  • COVID-19 Le gouvernement a annoncé hier la suspension immédiate pour 48 heures minimum des arrivées en provenance de sept pays d’Afrique australe en raison de la découverte en Afrique du Sud d’un nouveau variant du virus responsable du Covid-19. L’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, a classé hier soir ce variant, baptisé Omicron, dans la liste des variants « préoccupants ». Un premier cas de ce nouveau variant a été détecté il y a cinq jours en Belgique, a annoncé hier le ministre belge de la Santé.


 

ÇA VEUT DIRE QUOI

Prison avec sursis

Le PDG du groupe de télécommunications Orange, Stéphane Richard, a été condamné jeudi par la cour d’appel de Paris à un an de prison avec sursis pour complicité de détournement de fonds publics dans l’affaire de l’arbitrage dont a bénéficié l’homme d’affaires Bernard Tapie en 2008. Le sursis est une mesure qui suspend l’exécution de tout ou partie d’une peine rendue lors d’un jugement, à condition que la personne condamnée ne le soit pas une nouvelle fois dans un délai de cinq ans. Cette disposition vise ainsi à prévenir les cas de récidive. Applicable à une peine de prison ou à une amende, un sursis peut être simple ou probatoire. Dans le second cas, il est assorti de certaines obligations, comme le fait de soigner une addiction à l’alcool ou de ne pas fréquenter certaines personnes. Le sursis peut être révoqué par un tribunal en cas de nouvelle infraction pendant le délai concerné ou, dans le cas d’un sursis probatoire, de non-respect des obligations imposées. Un sursis simple ne peut être prononcé que si la peine d’emprisonnement est inférieure ou égale à cinq ans.


ÇA VAUT UN CLIC

Mode saoudienne. La photographe Amira Nazer est fascinée par le qamis, la robe blanche portée par les hommes saoudiens en toutes circonstances. Dans les premiers clichés d’une série – qui doit durer 10 ans – présentés sur le site du magazine Vice, elle montre à quel point ce vêtement simple et pratique est prisé des Saoudiens de tous âges et de toutes classes sociales, bien que ceux-ci le revisitent parfois avec de petites touches de mode occidentale.

Plastique plus très fantastique. Aujourd’hui décrié pour ses conséquences négatives sur l’environnement, le plastique fut pourtant, dans les années 1960, un symbole de modernité et de praticité. Le podcast « L’Heure du Monde » se penche, dans un épisode mis en ligne cette semaine, sur l’histoire de cette matière et sur la forte dépendance que nous entretenons toujours à son égard.

Fast fashion opaque. Dans quelles conditions sont conçus les vêtements de la marque chinoise Shein, vendus partout à travers le monde et commentés avec passion par les ados sur TikTok ? Le magazine de l’association suisse Public Eye a réalisé une passionnante enquête sur cette entreprise au chiffre d’affaires vertigineux et aux processus de fabrication problématiques.

Sur les traces d’inconnus. En 2003, des photos et documents personnels de la famille Modlin échouent sur le trottoir d’une rue de Madrid, en Espagne. Pourquoi cette famille américaine qui rêvait de succès a-t-elle quitté Los Angeles pour s’enfermer dans un appartement sombre à l’autre bout du monde ? Le réalisateur Sergio Oksman a tenté de répondre à cette question dans un fascinant et inquiétant documentaire, disponible gratuitement sur la plateforme Tënk jusqu’à mercredi.

Vous voilà « débriefés » sur l’actu de la semaine. Passez un bon week-end à éviter de vous emmurer dans un appartement sombre.

26 novembre 2021

Rédigé par Administrator - - Aucun commentaire

Dans Débrief infos aujourd’hui, les tensions entre le Royaume-Uni et la France autour de la question migratoire, la limitation de vitesse des trottinettes à Paris et une exposition créative contre les violences faites aux femmes.

ON REMBOBINE

  • COVID-19 Le gouvernement a annoncé aujourd’hui la suspension immédiate pour 48 heures minimum des arrivées en provenance de sept pays d’Afrique australe en raison de la découverte en Afrique du Sud d’un nouveau variant du virus responsable du Covid-19 « particulièrement préoccupant ». Un premier cas de ce nouveau variant a été détecté il y a quatre jours en Belgique, a annoncé aujourd’hui le ministre belge de la Santé.

  • OUTRE-MER La « finalisation de la mise en œuvre de l’obligation vaccinale » pour certaines professions est repoussée au 31 décembre en Martinique et en Guadeloupe, deux collectivités d’outre-mer qui connaissent une importante mobilisation contre les mesures sanitaires prises pour lutter contre le Covid-19, a annoncé le ministère de la Santé aujourd’hui. Plusieurs policiers et gendarmes ont été blessés hier en Martinique. Le préfet de cette région a décrété hier soir un couvre-feu de 19h à 5h du matin « jusqu’au retour au calme ».

    Lire notre article du 16 novembre sur la contestation du pass sanitaire aux Antilles.
  • PÊCHE Des pêcheurs de Bretagne, de Normandie et des Hauts-de-France ont mené aujourd’hui des actions de blocage de ports à Saint-Malo, Ouistreham et Calais pour réclamer plus de fermeté du gouvernement français dans ses négociations avec le gouvernement britannique sur les licences de pêche. De nombreux pêcheurs français restent en attente de licences pour pêcher dans les eaux britanniques, comme prévu dans l’accord post-Brexit.

  • FRANCE-ITALIE Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, ont signé aujourd’hui à Rome, la capitale italienne, un traité « pour une coopération bilatérale renforcée ». Il prévoit en particulier une coopération dans les domaines des affaires étrangères, de la sécurité, de la culture et de la jeunesse.

  • ÎLES SALOMON La police a dispersé aujourd’hui des manifestants qui tentaient de s’en prendre à l’une des propriétés du Premier ministre des Îles Salomon à Honiara, la capitale du pays. Des émeutes ont lieu depuis mercredi dans l’archipel. Les manifestants reprochent en particulier au Premier ministre d’avoir décidé en 2019 d’abandonner ses relations avec Taïwan au profit de la République populaire de Chine. L’Australie a envoyé hier plusieurs dizaines de soldats pour aider à rétablir le calme.


 

TOUT S’EXPLIQUE

Tensions entre la France et le Royaume-Uni autour des traversées illégales de migrants

• Que s’est-il passé entre la France et le Royaume-Uni ?

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a demandé à Emmanuel Macron, dans une lettre publiée hier soir sur Twitter, de reprendre les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni. « Une lettre indigente sur le fond et totalement déplacée sur la forme », a estimé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. En réaction, le ministre de l’Intérieur français a annulé ce matin l’invitation de son homologue britannique Priti Patel à une réunion, prévue dimanche à Calais, qui doit permettre de « renforcer la coopération policière, judiciaire et humanitaire » dans la lutte contre l’immigration clandestine. Les ministres chargés de l’immigration belge, allemand et néerlandais ainsi qu’un représentant de la Commission européenne devraient être présents. Cette rencontre a été décidée après la mort, mercredi, de 27 migrants dans le naufrage de leur embarcation au large de Calais.

• Les traversées de migrants dans la Manche augmentent-elles fortement ?

Entre le 1er janvier et le 25 novembre 2021, 33 083 migrants avaient quitté les côtes françaises en direction du Royaume-Uni, et 8 201 d’entre eux avaient été ramenés en France par les services de secours, selon la préfecture maritime de la Manche. Cela signifie que le reste des migrants ont réussi leur traversée ou sont revenus en France par leurs propres moyens. Ce chiffre est en augmentation depuis 2019, puisqu’on dénombrait alors près de 2 300 personnes ayant tenté de traverser la Manche et plus de 9 550 pour l’année 2020. Le nombre de morts en mer est lui aussi en hausse : depuis le début de l’année 2021, 30 migrants au total ont perdu la vie. Ils étaient quatre en 2019 et sept en 2020. Les passeurs ont changé leur méthode, selon Bernard Barron, président de la station de Calais de la Société nationale de sauvetage en mer : « Ils ont mis au point des bateaux qui sont capables de transporter 50 à 60 personnes, des familles entières », mais qui « ne sont pas faits pour traverser la Manche », a-t-il déclaré sur Franceinfo.

• Quels sont les accords migratoires entre la France et le Royaume-Uni ?

La France et le Royaume-Uni ont signé en 2003 l’accord du Touquet (Pas-de-Calais), qui prévoit de réguler le flux migratoire en renforçant les contrôles des deux côtés de la Manche. Le gouvernement britannique s’est engagé en 2010 à financer la surveillance et la sécurité des sites de transit près de Calais, en échange de ce contrôle de l’immigration clandestine par la France. Ce traité conduit à « faire de la France le bras policier de la politique migratoire britannique » affirmait en 2015 la Commission nationale consultative des droits de l’homme, une autorité administrative indépendante. En 2018, les deux pays ont signé le traité de Sandhurst, qui prévoit une augmentation de la contribution financière du Royaume-Uni pour le contrôle de sa frontière à Calais et la réduction du temps de traitement des dossiers des candidats à l’asile. Un nouvel accord a été conclu en novembre 2020, prévoyant le doublement des patrouilles françaises.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une série de reportages de France Culture sur la situation migratoire dans la Manche.


ÇA ALORS

Paris va limiter la vitesse des trottinettes électriques

La mairie de Paris a annoncé hier que la vitesse des trottinettes électriques en libre-service serait limitée à 10 km/h dans toute la ville, excepté sur les grands axes de circulation, à partir de la première quinzaine de décembre. Sur ces grands axes, les trottinettes pourront continuer de circuler à une vitesse maximale de 20 km/h. Selon le maire adjoint chargé des Mobilités à Paris, David Belliard, 298 accidents ont impliqué des trottinettes depuis le début de l’année. En septembre, la mairie de Dijon a décidé de limiter la vitesse des trottinettes électriques dans le centre-ville à 8 km/h à partir de 2022. Depuis le début de l’année 2021, 14 décès d’usagers d’engins de déplacement personnel motorisés, comme les trottinettes électriques et les gyropodes, ont été enregistrés en France d’après l’Observatoire national de la Sécurité routière, qui dépend du ministère de l’Intérieur.


ÇA PEUT SERVIR

Fabriquer un calendrier de l’Avent

Et si, plutôt que d’acheter un calendrier de l’Avent, vous en fabriquiez un ? Le site de partage d’initiatives positives Positivr propose plusieurs solutions pour en construire un qui puisse être réutilisé d’une année sur l’autre. Vous pouvez fabriquer les 24 cases de votre calendrier en utilisant des rouleaux de papier toilette. Cette idée demande toutefois un peu d’anticipation. Cette année, vous pourrez privilégier la solution consistant à fabriquer un calendrier avec quelques branches d’arbre auxquelles vous suspendrez des enveloppes en papier kraft sur lesquelles vous dessinerez les numéros des jours. Si ce calendrier de l’Avent est destiné à un enfant, le site de conseils pour les parents Tête à modeler suggère de le remplir avec des petits messages indiquant à quoi il aura droit chaque jour, comme « bon pour une soirée croque-monsieur » ou « bon pour un tour de manège ».


ÇA VAUT UN CLIC

Des vulves contre les violences faites aux femmes

Une exposition d’artistes engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes a ouvert aujourd’hui à Bogota, en Colombie. Une vidéo du HuffPost montre quelques-unes des œuvres exposées, qui mettent en avant avec fierté des vulves et des utérus sculptés ou tissés dans des coloris vifs. L’exposition s’accompagne de clips musicaux dans lesquels apparaissent les créations de ces artistes.

Vous voilà « débriefés » sur l’actualité du jour et quelques autres considérations. On vous souhaite une soirée remplie de couleurs plutôt que de douleur.

PureVPN – Grosse promo Black Friday 2021

Rédigé par Administrator - - Aucun commentaire

Salut les amis. Vous savez sans doute que le Black Friday arrive très bientôt (cette année c’est le 26 novembre) et que c’est toujours une bonne occasion pour profiter d’un tas de services à prix réduit. Je vais d’ailleurs vous en proposer plusieurs dans les jours à venir, à commencer par PureVPN.

Ce dernier propose une offre à -88% sur l’abonnement 5 ans ! Pour 69€ vous êtes couvert durant 5 années, soit environ 1.14 €/mois. Difficile de faire mieux au vu de la qualité du service. Et peu de risques de payer pour voir l’outil disparaitre dans quelques mois puisqu’il existe depuis quasiment 15 ans.

J’ai déjà présenté plusieurs des avantages du VPN sur ce site et pourquoi je le considère comme l’un des plus sérieux. L’un des aspects dont j’avais vanté les mérites est que PureVPN est audité en permanence. Cela veut dire qu’ils peuvent se faire auditer à tout moment, et sans être prévenu, par les organes de surveillance. Le dernier en date c’était en août de cette année. C’est plutôt rassurant et l’on peut penser qu’ils respectent bien leurs engagements à ce niveau (un audit foiré aurait de graves conséquences sur leur réputation).

Justement à quoi s’engagent-ils ?

  • politique de non-conservation des logs
  • données chiffrées via l’algo AES 256-bit
  • support des protocoles de tunneling SSTP, OpenVPN & co
  • déconnexion automatique en cas de connexion interrompue (kill switch)
  • protection contre les fuites DNS, WebRTC et IPv6

PureVPN est aussi TRÈS flexible. Vous pouvez l’installer sur quasi toutes les machines et systèmes d’exploitation existants. Cela va des versions bureaux (Windows, macOS et Linux), aux versions mobiles (Android, iOS) en passant par les extensions pour navigateurs, les Smart TV ou encore les routeurs et autres consoles de salons. Le Raspberry Pi et peut-être même votre (trèèèèèès) vieux BlackBerry peuvent en profiter.

Au niveau de l’utilisation, c’est aussi pensé pour être accessible à tout le monde. Le VPN peut par exemple s’activer automatiquement dès le démarrage de la machine ou dès la connexion à un réseau wifi. Pratique pour les distraits.

De plus il vous propose toujours le serveur disponible le plus rapide dans votre situation, et cela parmi son parc de 6500 serveurs (20Gbps, 5G ready) répartis dans environ 80 pays sur les 5 continents. Donc ou que vous soyez dans le monde il y aura de quoi faire. Et vous pouvez donc bien entendu accéder aux contenus géolimités à ces différents pays dont les catalogues de plateformes vidéos.

Avec PureVPN vous disposez aussi de la fonctionnalité de split tunneling, qui permet de protéger votre surf sur certaines applications tout en désactivant le VPN sur d’autres.

À noter aussi que le VPN va bientôt proposer de nouveaux outils plutôt cool. Par exemple le chiffrement des emails, un meilleur blocage des pubs et traqueurs ou encore une option qui permettra d’appliquer certains paramètres de sécurité directement à vos réseaux sociaux. Sans oublier un gestionnaire de mot de passe. Ces 4 produits devraient arriver dans les prochains mois et ne sont qu’une première étape, PureVPN visant à devenir une vraie suite complète en termes de sécurité informatique.

Autant en profiter dès maintenant, surtout que vous avez droit à connecter jusqu’à 10 appareils (dont 5 en simultanés) sur un même compte. Idéal pour protéger le reste de la famille à petit prix.

Profitez tout de suite de la promo à -88% sur 5 ans (1.14€/mois)

Que faire quand l’écran scintille sous Windows 11 ? Solutions

Rédigé par Administrator - - Aucun commentaire

Cela fait plus d’un mois que Windows 11 a été proposé comme mise à niveau gratuite aux utilisateurs de Windows 10. Mais le système d’exploitation n’est pas exempt de bugs, il y a quelques problèmes ennuyeux comme l’Explorateur de fichiers qui ne répond pas.

Un autre problème qui a troublé les utilisateurs est le scintillement de l’écran sous Windows 11. Cela m’est arrivé quelques fois, mais c’était complètement aléatoire, et pas comme ce que les utilisateurs signalent. Parfois, lorsque vous changez de programme ou faites glisser des applications vers un autre emplacement, l’écran peut clignoter brièvement. J’ai également remarqué ce phénomène avec la barre des tâches, dans les premières versions du système d’exploitation. Mais je n’ai pas vu ce bug depuis la mise à jour vers la version stable du système d’exploitation. Mais d’autres utilisateurs semblent être confrontés à ce problème, car les notes de publication de la dernière version de Windows Insider Preview mentionnent le clignotement de l’écran comme un problème connu lié à la barre des tâches.

Il y a quelques années, ce problème de clignotement de l’écran avait été signalé à l’origine comme un bug dans Chrome. Mais plus tard, le coupable s’est avéré être Windows 10. Il est étrange que le bogue existe toujours dans Windows 11, et la solution est toujours la même.

Comment régler le problème de scintillement de l’écran sous Windows 11 ?

  • Ouvrez l’application Paramètres (Windows + I).
  • Cliquez sur Personnalisation dans le volet de gauche.
  • Sélectionnez l’option Arrière-plan.
  • Vous pouvez maintenant faire l’une des deux choses suivantes. Vous pouvez choisir de définir l’arrière-plan du Bureau sur Couleur unie dans le menu Personnaliser votre arrière-plan, ou sélectionner Image comme fond d’écran. L’idée est d’éviter d’utiliser l’option Diaporama.
  • Retournez à l’écran précédent, à savoir Personnalisation, et cliquez sur Couleurs. Vérifiez si l’option Couleur d’accentuation est réglée sur Manuel. Si l’option est réglée sur Automatique, passez-la en mode Manuel.

L’idée est d’empêcher le système d’exploitation de rafraîchir automatiquement les couleurs et la trame de fond (diaporama), ce qui semble être à l’origine du problème de scintillement de l’écran.

Solution alternative pour réparer le clignotement de l’écran sous Windows 11

Si la méthode ci-dessus n’a pas fonctionné pour vous, voici autre chose que vous pouvez essayer.

  • Ouvrez l’application Paramètres (Windows + I), puis cliquez sur Accessibilité dans la barre latérale.
  • Cliquez sur Effets visuels dans le volet de droite, puis basculez le bouton intitulé Effets d’animation sur Désactivé.

Les versions Insider Preview de Windows 11 avaient un problème similaire, l’écran clignotait lorsque vous changiez de thème.

Comment corriger le scintillement de l’écran dans Chrome sous Windows 11 ?

Comme indiqué précédemment, le scintillement de l’écran dans Chrome est un bug de Windows. Lorsque j’ai essayé Windows 11 pour la première fois dans une machine virtuelle, j’ai rencontré un problème légèrement différent. Firefox et Microsoft Edge fonctionnaient bien dans l’OS, mais Vivaldi (Chrome et Brave également), lui, présentait des problèmes. Lorsque vous quittez le navigateur avec plusieurs onglets ouverts, les navigateurs Chromium affichent une boîte blanche, qui vous demande de confirmer l’action. Une boîte similaire apparaît lorsque vous installez des extensions.

Ces boîtes ne s’affichent pas correctement sous Windows 11, et apparaissent en quelque sorte transparentes, ce qui rend leur utilisation difficile.

  • Pour résoudre ce problème, ouvrez les Paramètres du navigateur.
  • Recherchez l’option Accélération matérielle et désactivez-la. Cela devrait vous débarrasser de la boîte de rendu partiel et l’afficher normalement.

Je vous conseille également de vérifier le câble de votre moniteur et de mettre à jour vos pilotes graphiques à la dernière version, afin d’exclure tout problème matériel.